Médecin

Le métier de médecin est sans doute celui qui connait le plus de difficultés pour trouver du personnel. En effet, le nombre de médecins généralistes ne cesse de baisser en France paradoxalement au nombre de praticiens qui a connu une hausse de 1.7% durant l’année 2015. Si l’on sait que les médecins généralistes sont bien plus sollicités que les autres praticiens, cette diminution dans le secteur laisse présager plusieurs perturbations dans le domaine de la médecine générale.

Un désert médical jusqu’à Paris

La carence de médecins généraliste dans le monde de la santé n’est pas prête de s’améliorer. En 2015, ils étaient au nombre de 58.104 et cette baisse devrait sans nul doute atteindre les 54.000 d’ici l’horizon 2020. Une des conséquences directes de cette baisse, c’est la désertification médicale qui risque de toucher toutes les villes de France, même Paris. Ce qui est aux antipodes de la pensée collective qui estimait que les zones rurales seraient les seules touchées.

Si les généralistes ont choisi de déserter la capitale française, c’est sans doute à cause de l’augmentation des prix de l’immobilier selon le site https://www.ubiclic.com/les-milles/medecine-generale/dr-thomas-fierling. Ceux-ci ne parvenaient pas à s’en sortir, car le prix de la consultation est plafonné à 23 euros.

Selon le Conseil national de l’ordre des médecins de France, la baisse du nombre de médecins généralistes en France est due au fait que les praticiens sont plus tentés par la spécialisation et même pour d’autres professions. En effet, le secteur de la chirurgie a augmenté de 27% depuis 2007. Celui de gynécologue a, quant à lui, connu une baisse de 31 %.

Une baisse qui contraste avec le nombre de médecins en France

Aujourd’hui, la France n’a jamais connu autant de médecins. Ce qui veut dire que la baisse du nombre de médecins généralistes contraste avec la situation actuelle des médecins en France qui sont au nombre de 281.087 selon une estimation de 2015. Cependant, il faut dire que si le nombre de médecins augmente en France, c’est parce que le Conseil de l’ordre national des médecins compte dans ses effectifs des praticiens à la retraite.

D’ailleurs, cette catégorie a sensiblement augmenté ces dernières années et on en compte environ 65.548. De plus, un médecin retraité sur 5 continue d’exercer et on note là encore une réelle augmentation par rapport aux années précédentes. Plus alarmant, c’est que les médecins qui ont 60 ans ou plus représentent plus de ¼ de l’effectif total.